Une colombe de paix s’est posée à Genève

1 septembre 2009 at 3:47 Laisser un commentaire

Nombreux étaient les genevois aux abords du Victoria-Hall à sentir que l’événement serait tout à fait particulier, en ce soir d’août. Il y avait aussi ceux qui étaient venus sans billet, espérant en trouver un au dernier moment, malgré le fait que le concert était annoncé « à guichets fermés » depuis longtemps. Toute cette fébrilité était due à la présence du fameux West-Eastern Divan Orchestra et de son chef, le très charismatique Daniel Barenboim.

Cet orchestre tout à fait exceptionnel a été créé il y a 10 ans par deux personnalités aussi fortes qu’éclairées : Daniel Barenboim, le chef d’orchestre israélien et Edward Saïd, l’écrivain et professeur de littérature palestinien, aujourd’hui disparu. Un projet avec lequel ils déplacent assurément des montagnes ; en l’occurrence des montagnes de préjugés, de haine et d’incompréhension. L’idée fondatrice en est toute simple : l’orchestre symphonique est la métaphore de la concorde et du partage dans le respect des différences.

Bien sûr, sans explications, ces mots paraissent bien trop ronflants pour couvrir une quelconque réalité ; et pourtant…

La concorde, c’est le travail du compositeur ; faire concorder en une construction harmonique, une vingtaine d’instruments différents avec leurs caractéristiques sonores propres. Comment faire sonner ensemble contrebasses, flûtes, triangles et harpes, par exemple, en un discours musical cohérent ?

Le partage, c’est celui des musiciens, sous la direction d’un chef d’orchestre. Il est difficile de s’imaginer de l’extérieur, l’intensité du sentiment de partage que représente le fait de jouer ensemble une œuvre symphonique, mais aussi a contrario, le sentiment de solitude face à sa responsabilité d’instrumentiste fondu dans un ensemble, sachant que la moindre fausse note ébranlera toute la construction.

Enfin, le respect des différences. Là, le West-Eastern Divan Orchestra fait très fort en réunissant de jeunes musiciens de Palestine et des environs. De cette Palestine d’en deçà ou d’au-delà de la Fracture que beaucoup croient irréductible ; mais une Palestine que d’autres veulent croire encore possible de réconcilier. Bref, un orchestre composé de jeunes Juifs et Arabes, réunis sous une seule baguette pour créer du Beau.

Comme prévu, la fébrilité a parcouru le public et les musiciens, comme à chaque fois que l’orchestre se produit quelque part. Nous n’allons pas jouer ici aux critiques musicaux mais rendre à la musique son caractère le plus mystérieux, l’évanescence : les notes se sont envolées dans la nuit genevoise, chacun est retourné chez soi, l’orchestre a continué sa tournée – il était attendu dès le lendemain au festival de Salzbourg. Mais les émotions restent et resteront longtemps. Le West-Eastern Divan Orchestra est un vaste instrument de paix qui demande autant de courage à ses musiciens qu’il donne de bonheur et d’espérance à ceux qui l’écoutent.

On trouvera aux Bibliothèques et Discothèques municipales le DVD du concert historique du West-Eastern Divan Orchestra à Ramallah le 21 août 2005. Concert que personne ne pouvait assurer jusqu’au dernier moment qu’il aurait bien lieu, tant les obstacles étaient multiples. Edward Saïd, encore moins que les autres, n’aurait jamais seulement osé imaginer que ce fût possible un jour. Pour se rendre compte de la difficulté de l’entreprise, voici ce qu’en a dit Daniel Barenboim : « Je souhaite remercier la Junta d’Andalousie pour son soutien moral et financier et le gouvernement espagnol pour s’être montré visionnaire et avoir délivré des passeports diplomatiques à tous les participants, grâce à quoi un projet impossible n’a plus été qu’un projet terriblement complexe ».

Le DVD contient aussi un documentaire qui donne un reflet enthousiasmant de l’extrême intelligence et de l’humanisme visionnaire de ce projet.west-eastern 2

Paul Kristof

West-Eastern Divan Orchestra. The Ramallah concert / Daniel Baremboim, dir (Warner, 2005)   Disponibilité

Publicités

Entry filed under: Coups de coeur, DVD, Musique classique, Scène locale. Tags: , , .

La musique des anges Pour résoudre les problèmes de doigté chez Rachmaninov

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :