Ferrat : larmes à gauche

18 mars 2010 at 5:30 1 commentaire

Le 13 mars 2010, un samedi d’élections régionales, Jean Ferrat s’en est allé, traînant son écharpe rouge sur une France rosissant sous cette dernière caresse, comme si elle rendait ainsi hommage à celui qui l’avait si bien chantée dans Ma France.
Jean Ferrat fut pour moi une entrée en poésie avec son interprétation d’Aragon, mais aussi une prise de conscience politique et sociale avec des textes comme Ma môme ou Si j’étais peintre ou maçon. Pendant que certaines découpaient les posters de Cloclo, et que d’autres pleuraient Mike Brand, je tentais des accords de guitare sur Potemkine.

A force de tourner, enchaînant révolution sur révolution, les minicassettes déformaient la voix du chanteur tout en formant le caractère.  Amour des mots, haine de l’injustice, un fil rouge de vie pour moi et pour bien d’autres si on en croit tous les témoignages entendus depuis son départ. Ferrat, bien des années plus tard, je l’ai croisé au Festival Chansons de parole de Barjac qu’il parrainait. Comme ses organisateurs, il voulait donner une scène à ceux que la radio et la télé dédaignent : « trop compliqué, trop intello, pas assez commercial » les mêmes raisons invoquées à l’époque pour Ferrat par les médias qui iront même jusqu’à le censurer car surtout trop rebelle. Encore aujourd’hui quand je vois le sémillant et surmédiatisé Jean d’Ormesson (ex-Patron du Figaro), je fredonne Un air de liberté

Les guerres du mensonge les guerres coloniales
C’est vous et vos pareils qui en êtes tuteurs
Quand vous approuviez à longueur de journal
Votre plume signait trente années de malheur […]

Ah Monsieur d’Ormesson
Vous osez déclarer
Qu’un air de liberté
Flottait sur Saïgon

Et dire qu’un certain jeune chanteur a choisi de se faire tatouer ce Jean-là… plutôt que ce Jean-ci…
Parlons encore un peu d’Aragon que Ferrat a su populariser avec sa voix chaude et grave. Mettre la poésie à la portée du maçon, du métallo ou du forgeron sans que les textes ne perdent leur force, ceci grâce à son sens de la mélodie, emballage de superbe qualité. Au lendemain de sa mort, je vous invite à (re)découvrir cette poésie chantée et aussi ses chansons les plus « expressives », un qualificatif qu’il préférait à « engagées ». Ne vous précipitez pas sur les dernières chansons, celles de 1985 et 1991 qui, à mon goût, sont étrangement plus démodées que les anciennes (l‘exception est le vol. 2 des Poèmes d’Aragon sorti en 1995), Alain Goraguer son arrangeur forçant  un peu trop lourdement sur l’orchestration. Sur 200 chansons, il en reste quand même près de 150 magnifiques, et les 50 autres sont nettement meilleures que la plupart de celles qu’on nous rabâche sur les ondes. Et s’il ne fallait en retenir qu’une, ce serait Nuit et brouillard totalement habitée par le père de Ferrat, mort en déportation.

Dans la foulée, regardez le film éponyme de Resnais, vous n’aurez de fait pas besoin de vous déplacer pour voir La rafle… Du temps de gagné pour aller à la rencontre de ces chanteurs « d’expression », de découvrir les petits festivals, les petits cafés-théâtres, même parfois les petits appartements, ces petites scènes où chantent les grands.

La quasi totalité de l’œuvre de Jean Ferrat est à votre disposition aux Bibliothèques et Discothèques Municipales.

Roane

Publicités

Entry filed under: Chanson française. Tags: , , , .

Giuseppe Ferlendis, virtuose du hautbois Chanson discrète

Un commentaire Add your own

  • 1. Paul Kristof  |  22 mars 2010 à 3:00

    Merci Roane pour ton beau « papier » sur Jean Ferrat.
    Paul

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :