Les sabots d’Anton Bruckner

9 avril 2010 at 4:36 Laisser un commentaire

Retrouvez mensuellement la chronique du Salon musical !

Le compte-rendu de la soirée sera désormais publié au surlendemain des conférences.

Une soirée bucolique avec Julien Pinol.

Anton Bruckner relève de la fascination ou de la répulsion, ce qui procède de la même physiologie de l’irrationnel. Fascination non pour le compositeur, bien sûr, mais pour sa musique. Le personnage de Bruckner a été affublé par la légende des traits peu flatteurs de l’idiot du village préférant Robinson Crusoë à Goethe ou Kant. Sa musique, elle, laisse entrevoir rapidement un mystère. Comment se fait-il que des éléments rythmiques et mélodiques aussi simples, répétés jusqu’au ressassement aient pu donner des œuvres d’une telle ampleur, pour ne pas dire d’une telle énormité ? On trouvera un début de réponse dans une analogie non fortuite, s’agissant des symphonies de Bruckner : une cathédrale gothique n’est jamais qu’un assemblage de blocs de pierres taillées. Le secret de la cathédrale ne réside pas tant dans le matériau de construction, que dans le plan architectural. Et là, il faut bien admettre que derrière l’humilité (réelle ou feinte) de Bruckner, se cache la science d’un grand bâtisseur. Bruckner était cet organiste pour qui les fugues de Bach et les symphonies de Beethoven n’avaient aucun secret.

Un autre paradoxe apparent étonne toujours chez Bruckner. L’homme, que certains esprits chagrins se plaisaient à railler comme un benêt, n’a jamais fait de concessions dans sa musique pour l’adapter aux goûts frivoles d’une époque qui confondait volontiers la virtuosité du paraître et la mièvrerie des sentiments avec la noblesse du discours musical.

Et c’est ainsi qu’Anton Bruckner emmène – bon gré mal gré – son auditeur dans un temps qui n’est définitivement pas celui de l’air du temps, mais bien celui de l’Eternité.

Vous retrouverez les références des oeuvres citées :

– dans la discographie de la soirée sur la page internet du Salon musical
– dans le catalogue en ligne sur le site des BM.

Prochain salon musical à la Discothèque de Vieusseux, le mercredi 5 mai 2010 à 20 h : Perles de verre : une soirée B-A-C-H avec Jean-Claude Bossel.

Paul Kristof

Publicités

Entry filed under: Musique classique, Salon musical. Tags: , , .

Dernière complainte d’un homme blessé METALLICA – Français pour une nuit : live aux Arènes de Nimes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :