La musique de salon au Salon musical

5 novembre 2010 at 10:56 3 commentaires

Conférence-concert de Adalberto Maria Riva

L’origine et la raison d’être des salons littéraires et musicaux sont évidentes : après le coucher du soleil et avant celui des hommes, il y a le moment de la veillée où l’on se retrouve au salon, en famille ou avec les amis.

Dans les Salons du début du 19ème siècle, véritables laboratoires de recherche et d’expérimentation, éclosent des formes musicales nouvelles : les Lieder, les pièces de genre et les improvisations, souvent de durée courte. Les Nocturnes, par exemple, emplissent le silence de la nuit d’une expressivité contenue.

Les musiques qui y sont jouées, le sont pour des amis à qui l’artiste n’a rien à prouver, puisqu’on est entre nous. C’est là que réside la différence essentielle avec les morceaux de concert, prévus pour de grandes salles. Ces oeuvres sont destinées à un public que l’artiste ne connaît pas, un public composé d’auditeurs souvent moins habitués à écouter de la musique, qu’il s’agira d’épater par des morceaux de virtuosité (autre composante de la palette romantique). Là, il faut épater le bourgeois, alors qu’au Salon, il faut plaire aux amis. Mais bien sûr, les frontières entre le salon et la salle de concert ne sont pas étanches. Lorsque Franz Liszt transcrit pour piano seul l’Ave Maria de Schubert composé pour chant et piano, il donne à entendre à des milliers de gens une œuvre prévue pour une toute petite assemblée. En l’occurrence, le génie de Liszt est d’avoir transformé en pièce de virtuosité une œuvre au départ intimiste ; de transformer l’Ave Maria en pièce de concert, tout en gardant l’esprit de Schubert et en le faisant connaître au plus grand nombre.


Le passage de la musique de salon du début du 19ème siècle aux « morceaux de salon » de la fin du siècle qui s’empilaient dans des éditions à bon marché sur les pianos de tous les salons d’Europe, s’explique par l’engouement de l’époque pour cet instrument, véritable phénomène de mode. Un salon sans son « meuble à musique » ne se concevait pas. Il en fallait partout, de toutes tailles, de tous bois. L’industrie du piano, les Bechstein, Pleyel, Steinway, Bösendorfer, etc., s’épanouit partout. La composition des romances bucoliques le disputait à celle des bluettes sentimentales. Il fallait aussi que la difficulté technique soit de moins en moins exigeante, démocratisation de l’art oblige.

Adalberto Maria Riva, notre conférencier et si délicat pianiste, a su recréer avec chaleur et simplicité l’esprit même des Salons musicaux : la réunion d’amis cultivés autour d’un piano (et de l’incontournable abat-jour !), pour écouter des musiques pleines de poésie. Une très belle soirée.

Paul Kristof

P.S : Si vous étiez à cette soirée, nous serions heureux que vous partagiez avec nous vos impressions, en ajoutant vos commentaires.

Vous retrouverez les références des oeuvres citées :
– dans la discographie de la soirée sur la page internet du Salon musical
– dans le catalogue en ligne sur le site des BM.

Prochain Salon musical à la Discothèque de Vieusseux,
le mercredi 1er décembre 2010 à 20 h.
Constance Frei : Les quatuors de Chostakovitch

Publicités

Entry filed under: Coups de coeur, Salon musical. Tags: , .

Un peu de Coriandre ? Röyksopp – The Understanding

3 commentaires Add your own

  • 1. Suzanne Vouillamoz  |  10 novembre 2010 à 10:32

    Effectivement ce fut une soirée d’une rare délicatesse! Le pianiste au doigts de fée effleure à peine son piano, pas de gestes remplis de pathos pour souligner le phrasé, et déjà la salle se remplit d’une ambiance feutrée, enveloppante.

    Même ma mère, qui était présente à cette soirée, avait le sourire au bord des cils et à la fin de l’audition m’a déclaré : « Mets-le moi dans mon salon! » Heureusement qu’il vendait des disques parce que j’ai pu la prendre au mot! Maintenant, Adalberto Maria Riva est au milieu du salon dans un appareil CD. L’enchantement peut continuer.

    Réponse
  • 2. Philippe Lentillon  |  19 novembre 2010 à 5:18

    Effectivement, excellente soirée, instructive et avec de belles redécouvertes (ou découvertes) musicales.
    Cela m’a rappelé une anecdote lue ou entendue quelque part (radio ?) : il y avait paraît-il dans les salons parisiens des concours du pianiste le plus rapide. Liszt était opposé à un pianiste dont je n’ai pas retenu le nom (la postérité non plus d’ailleurs) et à la fin le « jury » à décrété que l’autre pianiste était le plus rapide, mais que Liszt était le « plus grand ». Comme quoi l’art de couper la poire en deux ne date pas d’aujourd’hui.

    Réponse
    • 3. Paul Kristof  |  19 novembre 2010 à 6:31

      Merci à Philippe Lentillon pour son commentaire.
      Effectivement, ce fameux duel (amical) a bien eu lieu. Quant à l’autre pianiste, si une seule ville d’Europe doit s’en souvenir c’es bien Genève, puisqu’il y est né et qu’il a donné son nom à une de rue de notre Cité.
      Le verdict exact de ce duel fut : « Thalberg est le Premier, mais Liszt est le Seul », et est attribué à la princesse Cristina Belgiojoso qui organisa le duel, en 1837. D’autres pensent que le verdict fut plutôt soufflé par Marie d’Agoult, la propre femme de Liszt !

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Articles les plus consultés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :