Y avait-il de la place pour deux « violonistes du Diable » ?

20 septembre 2013 at 7:54 Laisser un commentaire

570034bk HasseOn connaît, dans l’histoire de la musique, plusieurs cas de musiciens vouant une admiration sans borne à un autre musicien et des solides rivalités qui en découlaient. Situations historiquement plausibles, souvent invérifiables, romanesques en tout cas.

Heinrich Wilhelm Ernst

Heinrich Wilhelm Ernst

Antonio Salieri est rongé par un sentiment de rivalité due à son admiration infinie (et mille fois justifiée) pour l’art de Wolfgang Amadeus Mozart, selon la nouvelle de Pouchkine porté à l’écran par Milos Forman dans les années 80 sous le titre Amadeus.

Marin Marais, caché sous la cabane de jardin de Monsieur de Sainte Colombe, l’écoute avec extase jouer de la viole de gambe. La fiction est due à Pascal Quignard – « Tous les matins du monde », 1991 – porté à l’écran peu après par Alain Corneau.

Avec Heinrich Wilhelm Ernst, né en 1812 en Moravie, nous avons probablement affaire à un authentique cas de vénération obsessionnelle. Celui qu’il vouait au plus grand virtuose de l’époque : Nicoló Paganini, depuis qu’il l’entendit en concert à Vienne en 1828. Dès lors, il plaça ses pas dans ceux de son aîné de 30 ans et devint lui-même un des violonistes virtuoses les plus réputés d’Europe.

Nicolo Paganini

Nicolo Paganini

Le jeu de cache-cache entre les deux musiciens dura des années et frisait le harcèlement. Bien sûr, ils se connaissaient et leurs rapports restaient polis à défaut d’être cordial. Ernst ne ratait jamais une occasion d’aller écouter le grand Paganini là où il se produisait pour lui piquer quelques tours de mains diaboliques sur le violon.

Il jouait d’ailleurs lui-même des œuvres du maître, que celui-ci avait composées à son propre usage de virtuose insurpassable. La qualité de son jeu était, paraît-il assez impressionnant pour faire pâlir le vieux maître italien aux doigts crochus…  Y avait-il assez de place pour deux « violonistes du Diable » dans le monde ? Aux dires de l’Italien, certainement pas. Il ne fallait pas confondre le modèle avec la copie !

Ernst s’arrangeait, paraît-il, pour prendre la chambre voisine de Paganini dans les hôtels où celui-ci logeait, pour coller son oreille au mur. Remarquant cela, l’Italien ne travailla plus son instrument que sur un violon muet !

Un jour, le plus jeune des deux rendit visite à l’improviste à son aîné et vit celui-ci fourrer précipitamment la partition qu’il était en train de composer sous le matelas, pour le soustraire à sa vue. Car si Ernst était capable de reproduire une  musique à la simple écoute, Paganini redoutait aussi qu’il fût capable du même exploit à la simple vue de la partition !

En tout cas, la concurrence fut rude entre les deux musiciens. Si Paganini fit progresser la technique du violon de manière significative en développant, par exemple le jeu en double cordes, Ernst se devait de faire mieux (ou pire). Il composa donc un « Trio pour un violon », soit une musique à 3 voix distinctes exécutée sur un seul instrument à 4 cordes et autant (mais pas plus) de doigts de la main gauche, le pouce n’étant pas utilisé pour la production du son ! Qui dit mieux ?

Paul Kristof

ERNST, Heinrich Wilhelm. Erlkönig… (Naxos, 2013)   Disponibilité

Erlkönig – Grand caprice op. 26, arrangement pour violon solo d’après Schubert :

Publicités

Entry filed under: Coups de coeur.

Oh boy ! Buddy Holly rocks ! Aliose : émotion et générosité au rendez-vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Articles les plus consultés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :