« Jew’s harp » : instrument pour pince-sans-rire ?

11 juillet 2014 at 7:42 Laisser un commentaire

johann_georg_albrechtsberger_concerto_for_jews_harp[1] Si vous vous perdez en conjecture sur la signification du Jew’s harp, c’est que vous n’êtes pas anglophone. Nul n’est parfait ( !) Cet instrument n’est rien d’autre que notre bonne vieille guimbarde.

Eh oui, voici enfin dans nos collections les fameux concertos pour guimbarde et orchestre du contemporain et ami de Haydn, le très respectable Johann Georg Albrechstsberger, ci-devant Maître de chapelle en la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, et qui fut aussi l’ami de Mozart et un des maîtres de musique de Beethoven.

Si Mozart connut un virtuose de l’harmonica de verre dans les rue de Vienne, autre instrument bizarre entre tous, pour lequel il composa une sonate, il en est de même d’Albrechtsberger qui connut un virtuose de la guimbarde, à qui il dédia ces deux concertos. C’est fou ce qu’on pouvait rencontrer de gens et d’instruments bizarres dans les rues de Vienne, à la fin du 18ème siècle !

Jew’s harp… Bien sûr, l’appellation moqueuse de la guimbarde est un peu dénigrante, et pour la harpe et pour les Juifs. Dénigrante mais pas tout à fait absurde quand on se rappelle les mots du grand violoniste Nathan Milstein : « J’ai choisi de jouer du violon, parce que si je dois partir, c’est plus facile à emporter qu’un piano ». La guimbarde, elle, tient assurément au fond de la poche. Mais il paraît que l’appellation Jew’s harp est une déformation de jaw’s harp, « harpe à bouche », ce qui est en même temps plus conforme à la réalité et plus respectueux des Juifs.

En voici quelques autres en vogue dans les campagnes françaises : trompette tsigane, trompe-laquais, trompe de Béarn. Et encore quelques appellations étrangères amusantes: Amaan khuur vièle de bouche ou Khel khuur tambour de langage en Mongolie, Bombarlouche en Gaspésie… (bombarde pour bar louche ?), Brummeisen fer qui bourdonne ou Maultrommel tambour de gueule chez les Allemands, Gronde au Québec, ou Mungiga « violon de bouche » en Suède ; et enfin pour la fine bouche : scacciapensieri « chasse-pensées » en Italie, pour ceux qui broient du noir.

Mais pour en revenir aux concertos d’Albrechstberger, qu’en dire de plus ? Eh bien, que c’est une musique tout-à-fait pince-sans-rire, ce qui qualifie aussi bien la manière de jouer de la guimbarde en la pinçant entre les dents, que le style classique avec sa légèreté un peu guindée. Finalement une belle rencontre (encore une) entre le populaire et le savant.

Paul Kristof

ALBRECHTSBERGER, Johann Georg. Concerto for Jew’s harp, mandora and orchestra (Orfeo, 1982)    Disponibilité

Advertisements

Entry filed under: Coups de coeur, Musique classique.

Yasmine Hamdan – Ya Nass Découvrez tous les genres musicaux en 3 clics de souris!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :