Une musique d’une infinie beauté sortie d’un verre à pied

22 juillet 2014 at 8:00 2 commentaires

Yuja wang de faceYuja Wang semble l’incarnation vivante du roman d’Etienne Barilier paru en 2011 : « Piano chinois », au point que je ne serais pas surpris que l’essayiste se soit inspiré d’elle pour créer son personnage. Dans ce roman amusant, deux critiques musicaux se règlent leur compte à travers les médias, en s’écharpant sur le cas d’une jeune pianiste chinoise. piano chinois

Celle-ci est évidemment jeune, belle, avec une technique superlative. De plus elle joue avec un sourire permanent qui semble dire au monde à quel point elle ne connaît pas la difficulté technique. Evidemment de quoi irriter l’un des critiques musicaux qui souligne la prétendue platitude mécanique du jeu des asiatiques, et l’argument toujours douteux mais ô combien efficace de la jeunesse et de la beauté pour faire vendre la marchandise. Evidemment de quoi faire se pâmer d’admiration l’autre critique qui parle de poésie et d’élégance du toucher au-delà de la virtuosité naturelle de l’artiste.

Le ton devenant de plus en plus virulent dans leurs blogs respectifs, les critiques ne s’épargnent rapidement plus bassesses, turpitudes et mesquineries en passant à leur courriel personnel.

 S’agissant de Yuja Wang, tout comme le fougueux chef Gustavo Dudamel, je me range sans hésiter derrière la bannière de l’admiration du plus âgé des deux critiques. Cet album contient les deux concertos de Prokofiev (no 2) et Rachmaninov (no 3) bâtis tout en force et en puissance. De les interpréter requiert déjà des qualités peu courantes. Mais de les jouer à la suite lors du même concert relève du pur exploit sportif ! C’est ce que fit Yuja Wang à Caracas, lors de l’enregistrement de l’album.

Mais je n’ai jamais été attiré par la performance sportive : ce n’est donc pas pour cette raison que j’ai une profonde admiration pour cette artiste. Un soir à table, un ami a posé son téléphone portable dans son verre à pied vide. On entendit sortir du verre des notes de piano d’une infinie délicatesse. C’était une sonate de Domenico Scarlatti interprétée par une jeune pianiste chinoise que je ne connaissais pas alors : Yuja Wang. Le legato de son jeu et la retenue du tempo laissait transparaître deux impressions contradictoires : d’une part une précision rythmique imperturbable, mais d’un autre côté une absolue liberté d’expression mélodique. La fusion des deux aspects de son interprétation donnait un sentiment de beauté complètement surnaturelle (écoutez de 5:15 à 8:32)

Bien sûr, avant d’être vides les verres étaient pleins : cela aussi pouvait contribuer à la plénitude de la beauté… Ce genre de sentiment tient à si peu de chose, finalement !

Paul Kristof

RACHMANINOV, Serge Vasilievitch. Rachmaninov no 3 ; Prokofiev no 2 / Yuja Wang, pno ; Simon Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela ; Gustavo Dudamel, dir. Disponibilité

Publicités

Entry filed under: Coups de coeur, Musique classique. Tags: , , , , .

Découvrez tous les genres musicaux en 3 clics de souris! Bis !

2 commentaires Add your own

  • 1. zozefine  |  22 juillet 2014 à 8:13

    j’aime ta manière d’écouter du piano : dans un verre à pied – après vidange, bien sûr !!!

    Réponse
  • 2. Paul Kristof  |  23 juillet 2014 à 5:58

    Peu après la publication de mon billet, j’ai eu l’heureuse surprise de recevoir un message personnel d’Etienne Barilier, l’auteur du « Piano chinois » dont je parlais ci-dessus. Il me faisait remarquer que la musique que j’avais entendue sortir du verre à pied est exactement celle qui est le sujet de l’échange entre les deux critiques du roman (pp.53-58) : la sonate K87 de Domenico Scarlatti.
    Dont acte. Mais ce rapprochement entre l’oeuvre littéraire et l’oeuvre musicale était une pure intuition de ma part, ce qui ne laisse pas de m’étonner !
    Bien sûr, je ne me serais jamais imaginé que l’auteur du roman lise mes modestes billets, sans quoi j’aurais été plus prudent dans le choix de mes mots… Et donc au-delà du côté « amusant » de la controverse entre les deux critiques, il s’agit bien « d’un hymne fervent à la musique et à son pouvoir d’universalité ».
    Je saisis encore l’occasion de ce commentaire pour dire ce que je ne disais pas explicitement dans mon billet : mon admiration pour le romancier et essayiste Etienne Barilier et sa connaissance amoureuse de la musique.
    Paul Kristof

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité

%d blogueurs aiment cette page :