Posts tagged ‘Chanson française’

Amélie-les-crayons, une mélancolie simple

Amélie-les-crayonsYukulélés et chalumeaux, accordéons et tambourins, pizzicatos et crayons gris, Amélie-les-crayons aime à voyager léger.

Avec son air de chanter pour les enfants, Amélie cultive une mélancolie simple qui s’adresse à ceux qui l’attendent vers l’océan, là-bas où commence un autre voyage qu’on ne nomme qu’à demi-mots. Yukulélés et chalumeaux.

Le regard passe bien au-dessus des parkings et des paysages moches, tourné au loin, vers des horizons tracés aux rubans d’embruns. Accordéons et tambourins.

Une poésie qui réveille la part d’enfant en nos vieux corps, cette part qui fut souvent pas drôle et si compliquée ; une poésie qui se dérobe aux mots des vieux qui furent petits. Pizzicatos et crayons gris.

Paul Kristof

AMÉLIE-LES-CRAYONS. Jusqu’à la mer (Neômme, 2012)   Disponibilité

Publicités

10 mai 2013 at 7:50 Laisser un commentaire

Des chansons traditionnelles qui cachent des drames anciens

Têtes de chienTêtes de chien : des  chansons traditionnelles interprétées par un quintet d’hommes a capella, contemporain et urbain.

Têtes de chien transforme des traditionnels français en drames nivernais, en serments berrichons, en passions limousines, en regrets auvergnats, en faits divers des bords de Seine ou en secrets de famille normands.

Des chansons nées dans le terreau immémorial des régions de France et qui prennent une dimension dramatique grâce à un intense travail d’alchimistes-arrangeurs-interprètes. Du grand-art qui extrait la moelle émotionnelle autant qu’universelle de chansons apparemment anodines.

Et si vous ne le croyez pas, écoutez « J’ai vu le loup, le renard et le lièvre », « Dodo Nanette » ou « A la claire fontaine » : vos poils se dresseront en une sidération terrorisée ! Parole !

Paul Kristof

TETES DE CHIEN. Portraits d’hommes (Frémeaux, 2012)   Disponibilité

15 mars 2013 at 7:57 1 commentaire

Le condamné à mort

Le Condamné à mort est un véritable brûlot sexuel et une déclaration d’amour de Jean Genet au jeune (et si bel) assassin de 20 ans Maurice Pilorge, condamné à mort et exécuté en 1939. Ce texte contient plus d’amour et de violence que ne pourraient en contenir quelque pages de littérature que se soient.

Cet intense poème écrit en prison est le premier texte publié de Genêt. Il est mis en musique avec dévotion par Hélène Martin, dit par Jeanne Moreau avec sa voix de catacombes et chanté par un Etienne Daho qu’on ne s’attendait pas forcément à retrouver là, dans ce sublime bas-fond poétique.

Un album âcre, entêtant et toxique embusqué derrière un objet impersonnel et neutre de toile grise.

Paul Kristof

DAHO, Etienne. Le condamné à mort (Naïve, 2010)   Disponibilité

 

15 février 2013 at 7:39 3 commentaires

Un truc pour repérer la Beauté… (et ça marche !)

Baba love : ébahi d’amour, stupéfait d’amour, idiot d’amour. Etat amoureux qui génère de l’idiotie heureuse. (arthurh.net)

Entre paroles et musique, de l’aveu d’Arthur H, le curseur pointe délibérément côté musique. Il s’en excuse, il a honte, il ne recommencera plus, promis… Mais nous, auditeurs, sommes tellement heureux et comblés !

« Prendre corps » est une des plus intenses chansons d’amour qu’on ait jamais entendue ; la plus impudique, la plus saturée de sens, de chair et de parfums. D’ailleurs, tout ce qui est vrai pour cette chanson  l’est aussi pour le reste de l’album ; un album qui répond au seul critère qui permette à presque coup sûr de reconnaître la beauté. Quand un soupir vous échappe : « Putain, il a osé ! », là vous êtes peut-être en présence de la Beauté… ou de la Laideur. Mais à ce stade, tout est beaucoup plus simple : le tri se fait pratiquement tout seul.

Paul Kristof 

ARTHUR H. Baba love  (Polydor, 2011)   Disponibilité

4 février 2013 at 7:56 Laisser un commentaire

Un bidouillage doux et respectueux, est-ce possible ?

En 1966 la célèbre « Supplique » avait été enregistrée avec la seule guitare de Brassens et la contrebasse de Pierre Nicolas en accompagnement. C’était un document de travail qui attendait l’ajout d’une 2ème voix de guitare. A défaut de l’avoir trouvée, il avait été décidé de publier cet enregistrement in extenso. Quelque temps après la sortie du disque et le succès que l’on sait, Brassens rencontra Joël Favreau, qui deviendra son guitariste attitré et son ami.

Près d’un demi-siècle plus tard, Favreau ajoute enfin cette voix manquante à la version 1966, avec tout le respect et l’amitié qu’il peut avoir pour l’original.

Il s’agit certainement ici du bidouillage le plus doux, le plus respectueux et aussi peut-être le plus « autorisé » qu’on pouvait imaginer pour cette fameuse « Supplique ». Une réussite.

Paul Kristof

BRASSENS, Georges. Supplique pour être enterré à la plage de Sète (Mercury 2011)   Disponibilité

10 décembre 2012 at 7:59 Laisser un commentaire

Maurane plus souveraine que jamais

Celle qui est abonnée chroniquement à nos coups de cœur est, ici, plus souveraine que jamais.

L’album a été enregistré dans les conditions spéciales du live : 12 chansons en 6 jours à New York, avec quelques-unes des plus grandes pointures du métier : Gil Goldstein à la réalisation, Jay Newland à la prise de son, Larry Campbell à la guitare, Will Lee à la basse, et les participations de Toots Thielemans, David Sanborn et Mike Manieri en totale symbiose avec la chanteuse.

Une merveille.

Paul Kristof

MAURANE. Fais moi une fleur (Polydor, 2011)   Disponibilité

21 septembre 2012 at 7:58 Laisser un commentaire

Une tête de chou en héritage

La version originale de « L’homme à la tête de chou » de Serge Gainsbourg date de 1976.

Alain Bashung réinterprétait ces chansons en 2008 pour un spectacle chorégraphique de Jean-Claude Gallotta. Fauché par la mort, il n’aura pas l’occasion de les chanter en public. L’album qui ne sort qu’aujourd’hui, a bien sûr valeur d’héritage.

On ne peut qu’être frappé par la superposition des visages, des timbres de voix, des inflexions et de l’énergie de rockers des deux chanteurs qui se sont connus en 1982.

Cette année-là, ils se sont découverts, respectés et admirés. Ils ont travaillé ensemble sur de nouvelles chansons que le plus vieux composa pour le plus jeune, et ils ont vidés ensemble un certain nombre de bouteilles d’alcools divers et variés.

Paul Kristof

BASHUNG, Alain. L’homme à la tête de chou (Barclay, 2011)   Disponibilité

11 septembre 2012 at 7:58 Laisser un commentaire

Articles précédents


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Articles les plus consultés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité