Posts tagged ‘Trip-hop’

Chinese Man, ou l’homme qui n’était pas chinois…

Ce matin, un collègue a mis dans la stéréo un CD de Chinese Man.

J’ai eu immédiatement envie de danser… une autre de mes collègues s’est mise à tapoter des doigts… et une troisième à dodeliner des épaules…. Puis, j’ai découvert que le responsable du frétillement automatique de nos corps n’était autre que Chinese Man et que… cerise sur le gâteau… Chinese Man n’était pas du tout chinois!

Ben non… ce n’est même pas un homme, tout seul, derrière son micro, mais c’est un collectif marseillais de Trip-hop. C’est presque hypnotique, voire carrément déroutant….

On y retrouve du hip-hop, mais aussi du funk, de la musique world, du dub, du reggae, du jazz et même encore des petits passages parlés, en français, presque poétiques – et de la musique d’avant-guerre.

Créé en 2004, c’est une pub pour une voiture qui les propulse au devant de la scène. On peut en apprendre bien plus en se rendant sur leur site Internet…  encore un peu plus sur leur page Facebook.

Disponible aux Bibliothèques Municipales, c’est en tout cas un album à avoir dans sa sélection en cas de coup de blues ou de coup de fatigue….

Karine

CHINESE MAN. Chinese man records. Vol.1 (Differ-ant, 2007)   Disponibilité

CHINESE MAN. Chinese man records. Vol.2 (Differ-ant, 2009)   Disponibilité

CHINESE MAN. Racing with the sun (Differ-ant, 2011)   Disponibilité

Publicités

19 novembre 2012 at 7:59 2 commentaires

Les Océans de David Holmes

Il y a des détails qui peuvent tout gâcher. Un mauvais choix musical et c’est toute l’âme d’un film qu’on flingue. Imaginez un peu qu’on vous balance le mythique Tirelipimpon de Carlos au moment où Harry Callahan sort son Magnum .44

… brrrrr, ça fait froid dans le dos !

Parmi les compositeurs qui excellent dans la bande originale et qui ne gâchent rien, il y a David Holmes. Vous l’avez certainement entendu en vous pâmant d’admiration à la vue du beau Brad et du beau George qui dévalisent un casino avec leur bande de potes. Ils faisaient ça en musique, et la musique, ben c’est justement David qui l’a faite.

David Holmes est né à Belfast. Dj et producteur, il a déjà 5 albums perso à son actif ainsi que la composition d’une bonne trentaine de B.O. Tombé dans la marmite électronique dès son plus jeune âge, on ne s’étonne pas qu’il en instille les influences ça et là dans ses morceaux.

Et comme on dit à Bourrignon dans le Jura : « C’est dans les marmites qu’on fait la meilleure électro. » Bref…

Sa musique se distingue entre autres par des sonorités jazz-funk des années 70-80 à la sauce trip hop voire big beat, mâtinées de piano électrique et de lignes de basse généreuses. Une espèce de musique de supermarché en vachement mieux parce qu’il y a beaucoup de talent et de travail dedans.

Du coup, cela donne souvent un son lounge qui crée une ambiance des plus sympa. Bon soyons francs. Vous ne transformerez pas votre miteux trois pièces en ultime chill-out de la branchitude rien qu’en balançant du David Holmes quand vous invitez des amis. Vous pouvez rêver mais il faudra quand même passer un coup d’aspirateur et ranger les chaussettes qui traînent. Et pis le slip aussi, là… sous le fauteuil. Si, si !

Christian

David Holmes. Bow down to the exit sign (Go!Beat, 2000)   Disponibilité

L’excellente série des Ocean’s aux BM.

Le site Internet de David Holmes.

PS : Ah oui, et pour finir en beauté regardez aussi cette vidéo de l’homonyme de David Holmes, un certain… David Holmes. Il est steward dans une compagnie d’aviation américaine et il détend tout le monde avant le décollage (sauf ceux qui n’aiment pas le rap).

25 mars 2011 at 7:59 Laisser un commentaire

Emilíana Torrini – Me and Armini

Il y a des voix dont on tombe instantanément amoureux. Ca m’est encore arrivé récemment en découvrant Emilíana Torrini. Si j’avais été Ulysse, j’aurais succombé aux charmes de cette sirène. J’aurais refusé d’être ligoté au mât de mon navire et me serais brisé dans la mer…

Fort heureusement, Emilíana Torrini n’est pas une vraie sirène malgré ses avantages qui lui procurent des capacités d’envoûtement évidentes. Emilíana Torrini est magnifique. Elle tient sa beauté d’un père italien qui lui a donné tous les charmes de la Méditerranée et d’une mère islandaise qui lui a instillé ce tempérament de geyser imprévisible.

Emilíana Torrini, vous l’avez peut-être entendue l’été passé à la faveur de ce qu’on a cru être le tube de l’été : Jungle Drum. Un clip un brin déjanté aux sonorités rock’n’roll et exotiques qui a failli la faire passer pour un pâle avatar de Björk. Heureusement, la demoiselle a un passé bien plus chargé que ça. Elle a notamment collaboré avec GusGus, Sneaker Pims et Thievery Corporation, et a déjà 5 albums à son actif.

Son registre musical se situe plutôt quelque part entre Kings of Convenience, Cat Power et le trop discret Jim White. De la folk acoustique avec parfois des relents de trip-hop, des ballades douces, aériennes, vaporeuses, un délice pour une soirée calme dans laquelle on veut pouvoir s’entendre parler.

Je ne saurais que trop vous conseiller son bel album Me and Armini sorti sur le label Rough Trade (!) en 2008, dispo dans nos bacs quand il n’est pas emprunté bien sûr. Ecoutez voir Birds, Ha Ha et Jungle Drum par exemple, et faites-les découvrir à vos amis. Ils seront emballés eux aussi !

Christian

Le site Internet d’Emilíana Torrini.

Emilíana Torrini dans le catalogue des BM.

28 septembre 2010 at 6:15 Laisser un commentaire


Blog and Play c’est …

... le blog musical du réseau des Bibliothèques et Discothèques Municipales de la Ville de Genève (BM). Il a pour but de mettre en valeur les collections et les animations associées à la musique aux BM plus...

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 26 autres abonnés

Articles les plus consultés

Les Auteurs

Anna, Discothèque de Vieusseux
Christian, Bibliothèque de Saint-Jean
Geneviève, Discothèque de Vieusseux
Karine, Discothèque des Minoteries
Katia, Discothèque des Minoteries
Mireille, Discothèque des Minoteries
Paul, Discothèque de Vieusseux
Richard, Discothèque de Vieusseux
Roane, Bibliothèque des Eaux-Vives
Xavier, Bibliothèque de la Cité